UNE GUINEE NOUVELLE EST POSSIBLE

Guinée

Formation des Enquêteurs et Superviseurs de l’Analyse Approfondie de Genre dans le domaine de la santé relative à la vaccination

Depuis une décennie, la République de Guinée enregistre fréquemment des multiples épidémies qui se succèdent, il s’agit : de (Ebola de 2014 à 2016, avec une résurgence en février 2021, la fièvre Lassa, Marbourg, polio, rougeole, diphtérie …), ainsi que la pandémie de la COVID-19 qui sévit dans le pays depuis 2020. Les conséquences de ces fléaux ont entrainé une augmentation du taux de mortalité et de morbidité, avec des effets impactant négativement le système de santé, mais aussi l’organisation sociale, communautaire et économique du pays.

Ces crises répétitives ont amené le gouvernement à initier la réforme du système sanitaire afin d’assurer la jouissance de toute la population de son droit à la santé et de bénéficier d’un accès universel à des services et soins de santé de qualité. 

En dépit de tous les efforts consentis, pour l’atteinte de 100 % des enfants vaccinés, en ne laissant aucun d’entre eux, les chiffres de l’EDS de 2018 indiquent que seuls 24 % des enfants de 12-23 mois avaient reçu toutes les vaccinations. 

Diaby Mariama SYLLA Ancien Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance Spécialiste en Genre et Protection Sociale Conakry/ République de Guinée

Dans la perspective de l’extension d’une couverture vaccinale nationale à l’ensemble de la population guinéenne en ne laissant personne de côté, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et l’UNICEF avec l’appui financier de Gavi, a lancé une étude intitulée « Analyse approfondie du genre dans le domaine de la santé relative à la vaccination » menée par une consultante nationale en la personne de Mme Mariama SYLLA, ancienne ministre de la promotion féminine et de l’enfance. 

 

C’est dans cette optique qu’il se déroule du 03 au 5 juillet 2024, un atelier de Formation des Enquêteurs et des Superviseurs dans la salle de formation du Centre National de Perfectionnement à la Gestion (CNPG) dans la Commune de Dixinn. 

Première journée de formation, salle du CNPG à Dixinn en face de la Cité Ministérielle

Cet atelier a pour objectif de permettre aux trente enquêteurs et quatre superviseurs recrutés de s’imprégner du concept genre, de l’importance de son intégration dans les programmes de vaccination d’une part et d’autre part de comprendre leurs rôles et responsabilités respectifs dans la collecte de données qualitatives sexospécifiques indispensables au succès de cette étude.

Ces judicieuses séances de formation viennent combler un manque, car le constat révèle que la non prise en compte systématique du genre dans la vaccination préoccupe énormé

Les bénéficiaires de la formation

ment les autorités et les partenaires au développement.

Christian TENDENG, parlant au nom du Représentant de l’UNICEF a souligné que l’étude en cours de réalisation permettra de mieux comprendre les inégalités liées au genre et de développer des interventions plus ciblées et efficaces pouvant y remédier. Il a en outre exprimé son espoir quant à la qualité de la formation qui contribuera de manière significative à la réussite de la vaccination des enfants en Guinée.

Aux noms de leurs Ministres, le Chef du cabinet de Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique et du Secrétaire Général du Ministère de la Promotion Féminine, de l’Enfance et des Personnes Vulnérables, après avoir posé le diagnostic, ont non seulement reconnu le faible taux des 30 % des femmes qui participent à la prise des décisions importantes du ménage, contre 37 % n’ayant pas été impliquées dans la prise d’aucune décision familiale.

Ils ont chacun fait état des disparités de taux de vaccination des enfants entre les zones urbaine et rurale du fait de la pauvreté des femmes. 

Présidant les travaux au nom du ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Dr Pépé BILIVOGUI, souligne également le bien-fondé de cette étude. « Cette initiative va nous permettre d’assurer une disponibilité de vaccins en quantité et en qualité qui reviendront moins chère à l’Etat. Mais aussi, il y a d’autres facteurs sur lesquels il faut mener le combat pour arriver à l’amélioration de cette couverture vaccinale. Si dans nos stratégies, on ne tient pas compte de l’égalité des sexes, on peut laisser une grande partie de nos cibles qui ne sont pas couvertes par nos stratégies. C’est pourquoi cette analyse est cruciale.  Elle nous permettra de mieux comprendre les dynamiques de genre qui influencent la vaccination et d’identifier les stratégies les plus appréciées et les plus efficaces pour améliorer notre couverture vaccinale ».

L’Étude sera menée dans trente communes de convergence sur les quarante par Madame Mariama SYLLA, Consultante dans ce projet et son équipe. Dans son intervention, elle a indiqué que cette étude permettra à la fois de comprendre de quelle façon le genre influence non seulement les politiques, les normes, les stratégies, mais aussi l’offre et la demande de vaccination ; et de proposer des avenues adaptées aux réalités de chez nous en Guinée en vue de favoriser la prise en compte systématique du genre dans la vaccination. Mieux, dans les programmes, stratégie et politique de développement humain.

Elle a ensuite souligné que la formation de trente enquêteurs et de quatre superviseurs constitue la deuxième étape majeure de l’étude sera suivie de missions de terrain en vue de collecter des données quantitatives (genre) et qualitatives de vive voix auprès de plusieurs cibles (les femmes, les hommes, les filles, les garçons, le personnel de santé et celui en charge des personnes vulnérables, les jeunes, les autorités, leaders communautaires, religieux et autres personnes à besoins spécifiques, etc.) lors des entretiens individuels et des focus group. 

Elle a insisté sur le contenu des modules qui offriront aux participants les qualités techniques, sociales, morales nécessaires pouvant susciter la confiance des populations pour la réalisation du travail de terrain. 

Étaient également présents à la cérémonie d’ouverture, Mme la Directrice de la Promotion Féminine et du Genre, de la cheffe du Service Genre et Équité du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, de la Cheffe de Section Genre de l’Unicef 

Mariama SYLLA
Service Communication et des Relations Publiques

Partager:

Facebook
Twitter
LinkedIn

Actualités Populaires